Pascal MARSAULT

Le 12/08/2007 à 19h00 Église Sainte-Croix Tarif : Gratuit

Programme

Ensemble « Triptycus »

                       Françoise Masset, soprano
                                    Jean-Christophe Clair, alto
                                                              Pascal Marsault, orgue

            Né d’une longue amitié entre ses partenaires, l’ensemble ‘“Triptycus” s’est constitué en 2005 autour d’une volonté commune : redécouvrir et faire connaître le répertoire de musique sacrée française pour voix et orgue composé pour les grandes églises parisiennes entre 1850 et 1950.

            Au terme d’un travail de recherches approfondi dans les fonds musicaux du Conservatoire de Paris, de Radio France et de la Bibliothèque Nationale, des pages oubliées ou trop rarement exécutées ont été lues et retenues, tant pour leurs qualités poétiques et musicales que par souci de cohérence entre elles. Le répertoire de ce premier concert s’articule ainsi autour des Trois Angélus de Louis Vierne, compositeur et organiste de Notre-Dame de Paris au début du XXe siècle. Il est en outre adapté aux lieux et à l’orgue où ce concert est donné.

            Forts d’une expérience commune de concerts et de spectacles mêlant musique, théâtre, mise en scène et déclamation, les musiciens de l’ensemble Triptycus sont animés avant tout par le désir de partager leur curiosité et leur passion pour ce répertoire auprès d’un large public. Cette aventure a débuté sur les rives de la Méditerranée avant de les mener en Normandie, puis en Bretagne, en Bourgogne et à Paris, dans les lieux mêmes où cette musique fut créée il y a plusieurs générations. L’ensemble se produira en juillet 2008 en Amérique du Sud.

Françoise MASSET
soprano

             Françoise Masset a reçu sa formation musicale, vocale et universitaire aux CNR de Douai et de Paris, au Centre de Musique Baroque de Versailles, ainsi qu’à la Sorbonne. Elle chante, en concert et sur scène, un répertoire diversifié, du baroque au contemporain, sans négliger le théâtre musical à la Péniche Opéra de Mireille Larroche et à l’Opéra Comique.

               Elle crée volontiers mélodies et ouvrages lyriques de ses amis compositeurs, entre autres la Médée de Michèle Reverdy à l‘Opéra National de Lyon (enregistrement paru chez Mandala). Elle collabore régulièrement et enregistre avec les ensembles Carpe Diem (dir. Jean-Pierre Arnaud) et La Simphonie du Marais (dir. Hugo Reyne), ainsi qu’avec La Fenice, Les Musiciens du Louvre, Le Trio di Bassetto, Sagittarius et Akadémia.

            Attirée par le théâtre, elle a le plaisir de travailler avec le metteur en scène Stuart Seide pour la conception et l’interprétation d’un spectacle sur la tragédie lyrique française, Passions baroques, avec Emmanuelle Haïm à l’Opéra de Lille ; de même, elle chante aux côtés de Didier Sandre au Théâtre Montparnasse dans l’adaptation théâtrale de Ma Vie avec Mozart d’Eric-Emmanuel Schmitt, dans une mise en scène de Christophe Lidon. Enfin, elle aime à se produire en récital, notamment avec la harpiste Christine Icart, l’organiste Pascal Marsault et les pianistes Claude Lavoix (enregistrement de mélodies de Louis Aubert paru chez Maguelone) et Nicolas Stavy.

Frère Jean-Christophe CLAIR
alto

     Parallèlement à une formation musicale au Conservatoire National de Région de Toulouse, il participe aux productions lyriques de la troupe Opéra Éclaté. Puis il s’oriente vers le répertoire baroque (Conservatoire National de Région de Paris), chante au sein des ensembles vocaux Sagittarius (direction Michel Laplénie) et Akadémia (direction Françoise Lasserre) et se produit notamment avec La Grande Écurie et la Chambre du Roy (direction Jean-Claude Malgoire).

        En 1991, il entre dans l’ordre des frères prêcheurs (Dominicains). En 1993, son Ordre lui demande de reprendre ses activités artistiques. Soucieux d’associer le répertoire baroque à la liturgie, il crée en cette même année, l’ensemble Les Leçons Royales avec la soprano Françoise Masset, ensemble avec lequel il organise différents concerts.

            Ordonné prêtre en 1999, l’art tient une place importante dans son ministère. C’est ainsi qu’il est sollicité par divers ensembles avec lesquels il se produit en petites formations ou en soliste avec différents groupes Le Madrigal (direction Eliane Lavail), Ludus Modalis (direction Bruno Botterf), L’ensemble Clément Jannequin (direction Dominique Visse). Vivement intéressé par l’expérience théâtrale, il s’associe avec Françoise Masset, Pascal Marsault et d’autres frères de son ordre ainsi que des comédiens, chanteurs, danseurs, costumiers et plasticiens professionnels pour créer des spectacles dont la thématique puise dans les racines du théâtre sacré. C’est ainsi qu’en 1997, ils créent à Paris Le Mystère de Saint Etienne, durant l’année 2000 c’est dans une quinzaine de villes de France et à Rome qu’ils interprètent Le Livre des Justes, tandis qu’à trois reprises durant l’été 2005, ils créent en Provence une grande fresque artistique, Marie-Madeleine, la robe de pourpre.

            A travers ces différentes formes artistiques, le frère Jean-Christophe Clair essaie de concilier la prédication si chère à son Ordre, et son goût pour l’art et la création. Il est actuellement aumônier des artistes pour la ville de Marseille.

Pascal MARSAULT
organiste

             Originaire de Blois, Pascal Marsault est organiste titulaire de l’église Saint-Ignace à Paris. Il obtient les plus hautes distinctions au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, après avoir étudié l’orgue auprès de Marie-Claire ALAIN, puis de Michel BOUVARD et Olivier LATRY. Son intérêt pour les musiques anciennes l’a conduit à effectuer une partie de ses études supérieures au Sweelinck Conservatorium d’Amsterdam.

            Maître ès musicologie diplômé de la Faculté de Tours, lauréat des Concours internationaux d’orgue (Suisse, Paris, Chartres), Pascal Marsault a enseigné pendant un an au Japon, où il fut le premier organiste français titulaire au Sapporo Concert Hall. Au cours de cette résidence, il s’est produit en soliste comme en formation d’ensemble dans les principales salles de concerts du Japon, en particulier à Tokyo, Kyoto, Yokohama, Nagoya, Akita, Morioka, Miyazaki, Hamamatsu…

            Il se produit régulièrement en récital en France comme à l’étranger, et en concert au sein du Chœur grégorien de Paris (Prague, Bogota, Nagoya, Alexandrie, Le Caire…), en duo instrumental, et régulièrement avec les chanteurs Françoise Masset et Jean-Christophe Clair, autour du répertoire de musique sacrée française des XIXe et XXe siècles.

            Il est professeur invité depuis quatre ans pour coordonner une académie d’été, à Bogota, destinée à la formation de jeunes organistes, en lien avec la salle de concerts Luis Angel Arango et l’Université Nationale de Colombie.

            Ses activités musicales sont enrichies par un goût prononcé pour l’enseignement, qu’il dispense successivement aux Conservatoires de Tours puis de Toulouse, avant d’intégrer en 2001 le Centre de Musique Sacrée de Sainte-Anne d’Auray, en Bretagne, pour une période de trois ans.

            Titulaire du Diplôme d’Etat d’instruments anciens et du Certificat d’Aptitude à l’enseignement, il est appelé en septembre 2004 à créer la classe d’orgue du Conservatoire National de Région de Toulon-Provence-Méditerranée, où il enseigne désormais.

PROGRAMME

‘Les Angélus’
Un siècle de musique sacrée française pour voix et orgue (1850-1950)

            « Les Angélus » est un programme original qui vous conduira vers des horizons musicaux pour la plupart peu fréquentés. De Camille Saint-Saëns à Jehan Alain, c’est toute une partie de la musique française et de sa richesse spirituelle qui s’offre à nous ce soir.

            Ce pan de notre histoire, ravagé par des guerres sanglantes, tout bruissant d’idéologie matérialiste, de violence, de peur et de sang, pourrait bien prendre rang parmi les grandes époques créatrices de l’art sacré.

             Autour des trois Angélus de Louis Vierne – chacun d’eux évoquant un des moments de la journée où l’Angélus est prié : le matin, à midi et le soir –, les différentes pièces des compositeurs choisis viennent former une grande prière dont les riches couleurs sont le reflet des passions de l’âme aux différentes heures de la journée et de la vie.

            Tantôt lumineux et paisibles ou sombres et dramatiques, tous les sentiments de l’homme au long de sa quête s’expriment ici admirablement.

            Que ce soit Francis Poulenc dans son Hymne traduit du bréviaire romain : ‘Hâte toi d’éclairer, ô lumière éternelle, des malheureux assis dans l’ombre de la mort’, Gabriel Fauré dans En Prière : ‘Ne m’abandonnez pas ! Donnez moi la douceur nécessaire, pour apaiser les maux, soulager la douleur, la misère…’, Arthur Honegger dans son psaume 129 en hébreux : ‘Des profondeurs de l’abîme je crie vers toi Seigneur’, ou Jehan Alain dans Prière pour nous autres charnels : ‘Heureux ceux qui sont morts pour des cités charnelles car elles sont le corps de la cité de Dieu’, tous évoquent cette tension de l’être, en son intérieur, vers une clarté plus haute, seule capable d’illuminer les ténèbres de vies douloureuses et sans force, de vies chargées d’espérances et de beauté discrète, de vies offertes silencieusement par amour de l’autre ou d’un Autre plus grand encore dans son effacement.

            « Les Angélus » nous renvoient au mouvement de la houle sur le rivage, du sac et du ressac de la mer. Du ciel à la terre et de la terre au ciel, ‘Benedictum sit cor amantissimum et dulcissimum nomen Domini nostri Jesu Christi et gloriosissimae virginis Mariae’ (‘Béni soit le cœur très aimant et le très doux nom de notre Seigneur Jésus Christ ainsi que la très glorieuse Vierge Marie’), c’est un vaste chant d’amour qui se fait entendre. Une prière aux accents d’autant plus touchants que la présence pleine de douceur de celle qui intercède sans cesse pour celui qui ploie, apporte encore une autre lumière musicale. Présente à tout instant, elle est l’Etoile de la Mer et la Porte bienheureuse du Ciel, la Protectrice et l’Avocate, Marie, pleine de Grâce, ‘Priez pour nous maintenant et à l’heure de notre mort. Ainsi soit-il !’.

Angelus Domini nuntiavit Mariae
L’Ange du Seigneur porta l’annonce à Marie
Les Angélus
Un siècle de musique sacrée française pour voix et orgue (1850-1950)
Ensemble “Triptycus”

Gabriel PIERNE                    Prélude                              Orgue

Louis VIERNE                Angelus – I. Au matin                Soprano

Ernest CHAUSSON                Pater Noster                          Alto

Camille SAINT- SAËNS               O Salutaris                             Duo
                                   Sub tuum Praesidium               Duo

Francis POULENC                        Hymne                                   Alto

Joseph-Guy ROPARTZ             Benedictum sit coramantissimum         Duo
                               Prière                                Orgue
                                           Sub tuum Praesidium                           Duo

Louis VIERNE                   Les Angélus – II. A midi                   Soprano

* * * * * * *

André CAPLET                   Salutation angélique                             Alto

Ernest CHAUSSON                Oraison                        Soprano
Ave Maris Stella                    Duo

André JOLIVET                    Hymne à saint André                     Soprano

Arthur HONEGGER                    Mimaamaquim                              Alto

Jehan ALAIN                Tantum Ergo                Duo
Choral dorien                                                  Orgue
Prière pour nous autres charnels                      Duo

Gabriel FAURE                En prière                   Alto

Louis VIERNE                      Les Angélus – III. Au soir               Soprano

(*) Sur présentation d'un justificatif.